Blog de suivi de diplôme
2012/2013

Archive

Le projet

La question que je me pose est de savoir comment favoriser et valoriser l’expression de l’amateur dans le milieu de l’édition contemporaine.
Dans le cadre de ce projet de diplôme il faudrait donc que je cherche à donner à l’amateur les moyens dans un premier temps d’écrire – de produire – selon lui (avec ses habitudes, ses aptitudes, ses compétences, …) et dans un second temps de rendre visible et lisible ses écrits et de rendre visible ses qualités.
Tout ceci en vu de l’aider à progresser dans sa pratique, seul ou aux côtés d’autres personnes.

Les différents enjeux de ce projet sont d’une part de favoriser la spontanéité et l’expérimentation pour encourager une pratique de l’écriture quotidienne et faire fi des freins qui empêchent l’écrivain amateur de progresser.
D’autre part de favoriser la production collective, l’échange de propos, la contribution, la collaboration entre l’auteur et l’usager (/amateur). 
Et dans un troisième temps peut être de permettre à la personne de s’approprier son support, d’apporter sa personnalité pour augmenter l’individuation, en cherchant des moyens simples et efficaces de production de contenant.

Le graphiste & le milieu éditorial

Le graphiste, le designer, participe à l’organisation des contenus, à leurs conditions d’accès et d’appropriation, le design graphique agit non pas à la surface des choses, mais dans leur structure, dans les processus, dans les relations. Il a un rôle décisif quant à la visibilité et la valeur que l’on va porter à cet individu en marge: la figure de l’amateur. Le designer peut permettre à cet amateur d’accéder à une certaine reconnaissance, une visibilité qu’il n’a pas forcement, tout en favorisant ce type d’expression. Le designer allié dans ce cas à d’autres acteurs (auteurs ou autres professionnels de l’édition) est celui qui ouvre des possibles en permettant l’accès à un nouveau moyen de production. Dans une autre mesure le designer peut devenir un guide, un médiateur.

Le designer, seul ou en collaboration, est à même de produire les supports et de structurer les contenus. Il peut aussi par la suite devenir comme un guide pour l’usager. Le designer devient le lien entre l’amateur et les supports qui vont permettre son expression. L’expression de sa pratique dans un premier temps et l’expression de sa particularité/personnalité dans un second temps (cette expression de soi cet accomplissement peut passer par le biais de l’expression écrite en elle même, comme par l’appropriation du support de sa pratique). Il s’agit soit de proposer le support qui lui permette de développer sa pratique, de la mettre en action et dans un second temps de la mettre en valeur, ou de lui permettre de s’approprier sa pratique au delà des mots eux mêmes, mettant en valeur sa pratique par son apport personnel et unique.

Le designer est celui qui a les clés, les connaissances dans le domaine de la mise en forme sur le web ou sur le papier. Le designer sait jouer sur la lisibilité et visibilité du mot, de la lettre et du texte à l’échelle d’une page ou d’un site. Le graphiste est lié à la mise en forme des mots, du texte et de sa forme qui est bien entendu indissociable de son support. Le graphiste peut aussi participer à l’exploration de nouveaux supports et de nouveaux moyens pour favoriser l’expression et la visibilité de tout à chacun. Le graphiste a aussi la capacité de se transformer en médiateur et guider lors de l’engagement au sein d’une production. Le graphiste peut adopter une position de médiateur dans le sens ou il va enclencher la mise en place de principes graphiques pour ensuite aider l’usager à se les approprier.

"Je, tu, nous, ils photographient. Nous sommes tous des amateurs. Il y en a de plus amateurs que d’autres. L’amateur ? Celui qui attend d’être initié, et dans cette attente, compense son ignorance par des instincts, des idées, des ratés réussis."

   ~   

Louis Mesplé, Les 101 mots de la photographie à l’usage de tous, édition Archibooks, collection 101 mots, 2009.